Comment cultiver le kiwi ?

Le Kiwi est un fruit très riche en vitamine. Par exemple, une seule quantité de cet aliment peut vous procurer toute la vitamine C dont vous avez besoin pour une journée. Ainsi, voici comment cultiver le kiwi.

Choisir le kiwi à planter

Le kiwi que vous allez choisir aura une grande influence sur le rendement de la culture. En effet, cette plante nécessite une femelle et un mâle pour pousser. Vous devez donc mettre deux plantes de chaque espèce pour garantir la pollinisation. Pour trois à cinq femelles, il est conseillé d’attribuer un mâle.

A lire aussi : Composés phénoliques en nutrition : bienfaits et sources végétales

Par ailleurs, si vous avez un petit jardin, vous pouvez opter pour un kiwi autofertile. Cela dit, cette plante n’obtient que très de peu de fruits à la récolte.

Définir la saison et le lieu de culture du kiwi

A lire en complément : Quelle distance entre un arbre et une maison ?

En général, le kiwi se plante en automne, notamment en fin septembre. Cela permet aux plants de bien pousser et de s’épanouir. Quant au sol de culture, il doit nécessairement être bien drainé, riche, léger et profond.

De plus, la terre doit demeurer fraîche en tout temps, même si le kiwi a besoin des rayons solaires pour bien pousser. Pour cela, privilégiez un emplacement à moitié exposé au soleil et à moitié à l’ombre. En outre, la plante de kiwi est un végétal fort dont la tige s’enroule. Il est donc conseillé de la faire pousser à côté d’une structure pour plante grimpante telle qu’un tronc d’arbre.

Planter l’arbre à kiwi

Pour planter l’arbre à kiwi, il suffit de creuser des trous de plantation sur un demi-mètre de profondeur et de largeur. Les plants s’achètent avec de la motte autour des racines, donc le creux doit être deux fois plus grand que celle-ci. Il est également nécessaire de respecter un écart de 4 à 6 mètres entre les pieds.

Ensuite, appliquez de l’engrais organique bien décomposé et mettez l’amas de terre au milieu du creux, puis versez le compost. Pour finir, appuyez bien votre pied pour ajuster le niveau du sable et arrosez amplement tout en évitant de noyer les racines.

Entretenir les plantes de kiwi

La sécheresse a un effet néfaste sur l’arbre à kiwi, donc vous devez vous assurer que le sol de culture soit toujours humide. En automne, mettez de la fumure au niveau de chaque pied, mais choisissez un engrais spécial pendant le printemps.

Il est aussi recommandé de palisser les tiges au fur et à mesure que la plante grandit, mais vous ne devez pas trop serrer les rameaux. Enfin, il faut attendre cinq ans avant de récolter le kiwi. Ce fruit doit être cueilli en été avant la gelée.

Récolter et conserver les kiwis

La récolte des kiwis doit se faire à la main, en les coupant délicatement du pied. Un fait crucial : il ne faut pas cueillir le fruit trop tôt, mais attendre qu'il atteigne sa maturité optimale. On reconnaît un kiwi mature lorsqu'il est légèrement mou au toucher et que la peau commence à se friper. Les fruits qui ont été cueillis avant leur temps auront plutôt une texture dure et peu de goût.

Une fois les fruits récoltés, pensez à bien les conserver pour pouvoir profiter pleinement de leurs saveurs plus tard dans l'année. Pensez à bien placer les kiwis dans un endroit frais et sec (autour de 0°C) en veillant à éviter tout contact entre eux afin d'éviter qu'ils ne s'abîment ou ne moisissent prématurément.

Il existe aussi différentes techniques pour conserver vos précieux fruits sur une longue durée sans perdre leur qualité gustative ni nutritionnelle : par exemple en les plaçant sous vide ou encore en utilisant des sachets absorbants pour contrôler l'humidité environnante.

De manière générale, nous vous recommandons fortement d'utiliser vos kiwis rapidement après leur achat ou leur récolte si vous voulez profiter pleinement de leurs bienfaits nutritionnels et gustatifs !

Prévenir et traiter les maladies et les parasites du kiwi

Le kiwi est une plante qui peut être sujette à différents types de maladies et d'attaques de parasites. Pour prévenir ces problèmes, pensez à bien suivre certaines règles culturales.

Dans un premier temps, pensez à bien choisir vos plants. Préférez des plants sains et vigoureux pour éviter tout risque d'infection dès le départ. Évitez aussi les sols humides ou acides qui favorisent la prolifération des maladies fongiques. Respectez les espacements entre chaque plant pour garantir une bonne circulation d'air et limiter ainsi l'apparition de champignons pathogènes.

Si toutefois votre plantation est touchée par des maladies ou des parasites, soyez vigilant en inspectant régulièrement vos plantations afin de pouvoir diagnostiquer rapidement tout symptôme suspect (tâches sur les feuilles, décoloration du bois...).

Pour combattre efficacement ces nuisibles et protéger votre culture, vous pouvez utiliser différentes techniques naturelles telles que la pulvérisation de bouillie bordelaise (solution à basse concentration) ou encore l'utilisation d'huiles essentielles répulsives comme celle d'eucalyptus.

En cas de forte infection ou si vous avez un doute sur le traitement adéquat à appliquer face aux symptômes observés dans votre plantation, n'hésitez pas à contacter un professionnel, notamment un jardinier paysagiste spécialisé dans le domaine agricole.